My Hero Academia : « Le plus gros défi était de conserver le côté attachant des personnages » confie le chara-designer de la série

cinema / 10 février 2019

A l’occasion de sa venue prochaine au Paris Manga & Sci-Fi Show (16 et 17 février prochains), nous avons pu échanger avec Yoshihiko Umakoshi, chara-designer pour la série animée « My Hero Academia ».

k.horikoshi / shueisha, my hero academia project, mbs all rights reserved.

AlloCiné : Pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste le métier de chara-designer ?

Yoshihiko Umakoshi : L’animation est un travail d’équipe. De nombreuses personnes viennent à dessiner. Celui qui va servir de base pour la multitude de dessin sera le Character Designer. L’animation demande un grand nombre de dessins, il faut donc réduire le nombre de traits, corriger les dessins qui comporteraient des erreurs. Et le tout sans dénaturer le trait du titre original.

Quelle a été la principale difficulté dans la processus d’adaptation du manga My Hero Academia en animé ?

Du point de vue de mon poste, les personnages. Il fallait surtout conserver le côté attachant des personnages que l’on trouve dans le manga. Ensuite, le titre ne manque pas d’attrait et les informations ne manquent pas. Il fallait trouver comment faire pour le transposer dans une animation. Et ça, ce n’est pas évident.

Quelle a été l’implication de l’auteur Kōhei Horikoshi dans cette adaptation ? Et de quelle(s) liberté(s) avez-vous bénéficié dans votre travail d’adaptation ?

Nous avons bien sûr eu le soutien de M. Horikoshi, l’auteur qui nous a créé des personnages. Comme par exemple dans le dernier film. J’ai cependant eu une grande liberté dans mon travail, et j’en suis reconnaissant.

Quel est votre personnage préféré de My Hero Academia ?

Il n’y a pas de doute, All Might.

Comment expliquez-vous le succès de la série ?

On a envie de rencontrer son idole, devenir comme lui. Il arrive qu’on y parvienne mais le contraire aussi peut se produire. Malgré cela, on va continuer à faire des efforts. Tous ces éléments et d’autres sont dans le manga. C’est ainsi que tout le monde ressent quelque chose avec ce titre. Être du côté des « idolâtrés », c’est la classe aussi. Le nombre important des personnages est aussi sûrement une des raisons du succès.

Quelles sont les animés et mangas qui vous ont donné envie de faire ce métier ?

J’ai tant apprécié le dessin de Gundam de M. Tomino que j’ai voulu devenir animateur. Par la suite, j’ai été très inspiré par le trait de M. Hayama Junichi dans Hokuto no Ken 2 (ndt : Ken le survivant).

Traduction : Emmanuel BOCHEW

Merci au Studio Bones, M. OOYABU le producteur et Emmanuel BOCHEW, leur agent pour avoir permis cette interview.

Source: Allociné